Bienvenue sur le site de Botali !

Frais de port offerts dès 49€ d'achat

L’aromathérapie : l’héritage de la phytothérapie

Remontez le temps pour revenir aux origines de l’aromathérapie, cet art des huiles essentielles dédié au bien-être du corps et de l’esprit.

 

L’utilisation des plantes à travers les âges

De tout temps, les plantes, dans leur composition la plus naturelle, ont soigné les maux des Hommes. On parle alors de phytothérapie.

L’aromathérapie, elle, concerne plus précisément les soins prodigués par l’essence pure et naturelle des végétaux. Cette spécialité a voyagé à travers le monde et l’histoire, de croyances en connaissances, pour enfin devenir une science, celle des huiles essentielles.

  • Au temps de la Préhistoire, les premiers hommes ont l’habitude de mâcher certaines plantes aromatiques pour bénéficier de leurs vertus thérapeutiques.
  • Dans l’Égypte ancienne (environ 4 500 ans avant JC), le traitement des affections, les parfums et les onguents à base de plantes, relèvent d’un art plutôt mystique, propre aux croyances des égyptiens. C’est ainsi que, lors de l’embaumement des corps, des bandelettes sont macérées dans un bouillon de plantes. Cette conservation si particulière fera toute la renommée des célèbres momies !
  • L’influence égyptienne sera sans frontière, tout comme celle du Moyen-Orient, de la Chine ou encore celle des civilisations découvertes par-delà les océans, les Incas, les Aztèques…

      Chaque culture apporte son lot de connaissances dans l’usage des plantes aromatiques, que ce soit :

        • dans la technique d’extraction
        • dans l’usage de leurs vertus (ex. remèdes du corps et de l’esprit, parfums)
        • dans l’administration thérapeutique (fumigation, baume, tisane, bain…)
      • L’huile essentielle en tant que traitement curatif passionne les plus grands savants, particulièrement au cours de l’Antiquité où de nombreux ouvrages sur les vertus des plantes verront le jour.
        La Grèce sera une source intarissable dans ce domaine, notamment avec les œuvres
        d’Hippocrate et Aristote. Le célèbre Materia Medica (matériel médical) de Dioscoride deviendra une référence incontournable dans le domaine, jusqu’à la Renaissance.
        Dans la continuité de ces travaux, l’empereur Charlemagne sera précurseur dans le développement de jardins médicinaux dans les monastères.
      • A l’époque des Croisades, la distillation des plantes aromatiques devient une technique courante et les essences sont de plus en plus utilisées comme remèdes. Leur pouvoir anti-infectieux vient en effet soulager de lourdes périodes d’épidémie.
      • A la Renaissance, la Cour de Versailles est un symbole de fragrances, de par la richesse florale de ses jardins. Mais lors de la Révolution et de la Terreur, ces parfums forts et envoûtants, incarnés par l’aristocratie, seront délaissés pour des senteurs plus légères, évanescentes.

       

      Info +

      En l’an 1000, le médecin et philosophe perse, Avicenne, révolutionnera le procédé de distillation avec le premier alambic doté d’un serpentin à condensation. On dit que c’est lui qui récolta la première huile essentielle.

       

       

      L’aromathérapie, une science moderne

      Les vertus thérapeutiques des essences de plantes aromatiques sont mises au grand jour grâce à René-Maurice Gattefossé. Ce fils de parfumeur, et ingénieur chimiste du début du XXe siècle, fait une découverte majeure suite à un accident dans l’entreprise familiale. Gravement brûlé aux mains lors d’une explosion, il est soigné avec les moyens de la médecine de l’époque mais en vain, et une gangrène se déclare. Il décide alors d’appliquer sur ses plaies un tulle gras, imprégné d’huile essentielle de lavande. L'effet est stupéfiant et confirme ses intuitions : l'essence de lavande a des propriétés antiseptiques et favorise la cicatrisation. Dès lors, la thérapie par les huiles essentielles deviendra l’une de ses grandes quêtes personnelles.

      En 1931, Gattefossé publie un ouvrage qui désigne, pour la première fois, l’Aromathérapie.

      Dans les années 60, ce néologisme est repris par le médecin Jean Valnet. Médecin militaire, chirurgien, humaniste convaincu, amoureux de la Nature, il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence comme l’incontournable Aromathérapie : traitement des maladies par les essences des plantes. C’est finalement ce personnage qui donnera réellement ses lettres de noblesse à l’aromathérapie. Il est par ailleurs considéré comme le “père de la phyto-aromathérapie moderne”.

      Et aujourd’hui…

      Notre ère réclame de toutes ses forces un « retour à la nature ». Cet enjeu, souvent lié à l’environnement, est aussi un défi individuel. C’est cette aspiration collective qui ouvre de plus en plus le champ à ces essences végétales pures. Mais, l’utilisation des huiles essentielles déchaîne les passions quand il s’agit de prendre soin de l’Homme. Alors, il suffit parfois d’une petite leçon d’histoire pour se souvenir que les plantes ont toujours été au cœur de notre santé, sous quelque forme que ce soit.

       

      Info +
      Certaines universités décernent même des diplômes d’aromathérapie !

       

       

      « Les nombreux bienfaits que procurent les huiles essentielles, du corps à l’esprit, sont au cœur de notre expertise. Ce n’est pas un retour aux sources, c’est un pas de plus vers ce que doit être la santé… naturelle. »

      Le mot de Botali